Le coaching d'orientation professionnelle

Le coaching d'orientation ne doit pas être une méthode systématique et linéaire faisant passer tous les clients par le même processus ou le même chemin pour atteindre leurs objectifs.

Il s'agit d'un véritable travail, d'un investissement de votre part, une réflexion, souvent un travail de recherche entre les séances.

Si vous n'êtes pas prêt à y consacrer du temps entre nos séances ou que vous recherchez plutôt à ce que l'on vous dise quoi faire et que l'on vous propose des formations en fonction de vos notes, les services que je propose ne vous conviendront pas ;)

Le coaching d'orientation a un intêret de premier ordre : Il vous rend AUTONOME. Je vais faire une petite aparté car cela me parait très important.

Je n'ai jamais vraiment insisté sur ce point qui me parait primordial, c'est d'ailleurs grâce au retour d'un client que je l'ai compris. Contrairement aux autres méthodes d'orientation, le processus de coaching visera à développer l'autonomie vis-à-vis de la réflexion sur son orientation mais aussi vis-à-vis du coach.

Il arrive parfois que lorsque l'on approfondit pas suffisamment les recherches sur un métier et sa formation (durant le coaching ou après) on se rend compte après coup que cela ne correspond pas (ou plus) totalement à ses priorités. Car bien sûr, les priorités peuvent évoluer, et parfois très rapidement, surtout à 17 / 18 ans! Ou alors, on est tellement emballé et euphorique d'avoir "trouvé" son métier sur l'instant que l'on est pas suffisamment lucide sur les autres éléments de ce métier à prendre en compte ou sur ses propres priorités.

Un étudiant est revenu vers moi en m'écrivant par email:

"Là où nous nous étions arrêtés, j'affirmais vouloir travailler dans les ressources humaines. Hors, en faisant des recherches sur des formations correspondantes, je me suis aperçu que ce n'est pas du tout ce qui m'intéresse.

Je suis donc revenu sur la communication et me suis rendu compte que l'aspect digital et réseaux de la communication me fait vibrer. Secteur en plein développement et très polyvalent, il me permet d'intégrer une boite d’événementiel ou de cryptomonnaies.
Je tenais à vous remercier pour l'aide que vous m'avez apporté. Nous ne sommes peut-être pas arriver à la bonne conclusion ensemble, mais vous m'avez appris à créer une réflexion personnelle et à réfléchir sur moi-même. Compétence qui me sert maintenant au quotidien."

 

Cela montre bien l'importance de cette AUTONOMIE.


Dans ce dernier cas, on voit bien que malgré que ses envies ou priorités évoluent (après 3 semaines, ou après 10, 30 ans), vous êtes autonome et reprenez par vous même la réflexion avec une vraie structure, sur votre métier, vous permettant d'atteindre l'objectif.

L'intérêt du coaching est qu'il s'agit d'un processus de résolution de problème favorisant l'action et le changement qui s'adapte à chaque problème et personnalité et peut être mis en oeuvre dans un grand nombre de situations.

C'est d'ailleurs pourquoi, le coaching s'est étendu du milieu sportif, aux milieux professionnels et scolaires, et dans tous les secteurs ou le potentiel humain est le principal moteur de résolution des problèmes.

C'est votre problématique spécifique qui va générer l'axe de travail de l'accompagnement, qu'il s'agisse de confiance en soi, de motivation, de problèmes de concentration, d'organisation, de prise de parole en public, ou de tout autre type de difficultés.

Parfois le travail sur la problématique principale nous fait naturellement nous interroger sur certains points externes à la problématique mais qui sont liés.

Pourquoi ces coachings et accompagnements répondent-ils à un besoin ?

Sur tous ces plans, les élèves et étudiants sont quasiment livrés à eux même que ce soit au lycée ou à l'université, lors d'étapes importantes de leur vie étudiante et professionnelle et ils ont besoin d'être accompagnés d'une manière plus consciencieuse et personnalisée pour mettre toutes les chances de leur coté pour s'épanouir et réussir !

Le constat est connu de tous y compris de l'éducation nationale, les conseillers d'orientation dans les écoles et lycées n'arrivent pas à répondre aux besoins et à la demande des élèves qui s'interrogent et ne savent pas qu'elle orientation choisir puisque une bonne partie d'entre eux ne sont pas plus avancés après être allé les voir... Le problème, c'est qu'en dehors des conseillers d'orientation dans les lycées, les autres services que l'on vous propose depuis des années ne marchent pas. Les chiffres sont clairs : 50% d'échec et d'abandon en première année post bac due à une mauvaise orientation. Ne vous laissez pas leurrer par les tests d'orientation, les bilans d'orientation ou le conseil en orientation proposés par tous ces grands groupes privés, vous ne perdrez ainsi ni votre temps, ni votre argent.

Coaching d'orientation scolaire et professionnelle / construction de projet professionnel

Généralement la demande des étudiants est assez simple. Ils veulent trouver leur métier. Ils n'ont pas conscience qu'il ne suffit pas de trouver son métier et que cela ne se résume pas à décider: "je veux être ingénieur" ou "je veux être avocat".

Définir son orientation, c'est d'abord trouver ce qui nous intéresse vraiment pour définir un métier précis mais aussi nécessairement préciser un secteur et un domaine, une spécialité.

Il s'agit de construire son projet professionnel.

Mon but est de vous aider à vous découvrir, à réveiller vos envies, ce qui vous fait vibrer, ce que vous aimez, ce qui vous donne envie d'avancer, ce qui vous passionne, vous motive..
Bref, veiller a ce que ces idées floues évoluent petit a petit pour vous permettre le choix d'un métier, d'un projet professionnel clair, enthousiasmant, passionnant, muri par une réflexion approfondie.

Je ne vais pas redévelopper ici ce que j'explique déjà sur mon site dédié à l'orientation pour les étudiants dont le lien est ci-dessus, mais simplement, évitez ABSOLUMENT les tests d'orientation proposés online et offline, fuyez si on vous propose un bilan et interrogez vous sur le profil du conseiller qui souhaite vous orienter, s'il n'a pas un profil sérieux, n'y pensez pas, et même pour vous "faire une idée", car vous allez perdre votre temps et biaiser votre réflexion, ce qui est plus grave.

Bien des étudiants qui ont un centre d'intérêt principal ou une passion, pensent à juste titre que ce n'est pas sorcier de définir son orientation. Ils ont raison dans le principe, mais dans la réalité c'est plus compliqué que cela.

En effet, il y a beaucoup de jeunes qui n'ont pas de vraie passion, de réel centre d'intérêt, parfois c'est plutôt parce qu'ils en ont trop, qu'aucune n'est réellement plus importante que les autres, et enfin, parfois, cela évolue constamment, de mois en mois, d'année en année. (Je parle dans mes deux derniers exemples des zèbres, des scanneurs, deux appellations relativement récentes des enfants différents, surdoués, qui ont tout simplement un fonctionnement, une réflexion particulière mais pas seulement). Et puis les doubles cursus, ca existe !

Je vais être très sincère, pour ces élèves différents, parfois même, il ne s'agit pas de les aider à trouver leur métier, mais plutôt en quelque sorte de les aider à définir les métiers qui vont le moins leurs déplaire, dans lequel ils s'embêteront le moins, la branche dans laquelle ils pourront rapidement changer de poste, de rôle ou d'activité par exemple et il y a un véritable travail d'acceptation, de prise de conscience.

Il est primordial de se faire accompagner dans son choix d'orientation et que l'étudiant prenne la responsabilité de la réflexion et des recherches sur cette question. Il est important de mettre toutes les chances de son coté, et d'avancer sereinement en se posant les bonnes questions, afin d'atteindre son objectif personnel, professionnel et d'épanouissement, mais surtout pour éviter l'échec ou l'abandon en première année et éviter ainsi de perdre du temps, de la motivation et une partie inévitable de sa confiance. 
Les services de coachings que je propose répondent à ces attentes et vous permettent d'avancer concrètement, pas à pas, dans la définition de votre orientation métier.

Je ne travaille pas avec des tests mais uniquement avec le questionnement, vous pouvez vous reporter à la section de ce site sur le déroulement d'un coaching pour en savoir plus.

Mon rôle est de m'adapter, de répondre à vos attentes et de vous aider.

Un coaching d'orientation peut être plus ou moins ciblé, ex :
  • Coaching Orientation : choix d'un métier,
  • Coaching Orientation : construction de son projet professionnel,
  • Coaching Orientation : choix d'une université ou d'une école.

Notre travail sera fonction de votre demande spécifique. Veuillez consulter la page déroulement d'un coaching pour avoir une idée plus pratique du travail pouvant être entrepris.

la question de la motivation et de la confiance en soi

Il s'agit de problématiques centrales dans la définition d'un projet professionnel, car leur action, leur impact, leur conséquences sont véritablement limitantes.

Il est bien souvent nécessaire de dénouer cela en travaillant sur ces questions pour s'assurer que le choix d'orientation n'est pas biaisé.

Bref, ce que je qualifie de motivation est en fait une constatation d'ordre générale qui est que l'élève ne travaille pas, n'arrive pas à se mettre au travail ou décroche vite, et qui ne correspond pas au réel problème. Le réel problème est la cause de ce manque de motivation et c'est ce qu'il faut définir pour que l'élève puisse de nouveau avancer. C'est ce travail de réflexion que j'entreprends : l'aider à rechercher et exprimer la cause puis l'aider à trouver ses solutions.

Il s'agit dans 90% des cas d'un problème lié à l'orientation, d'un manque d'objectif.

Je ne vais aborder ici la question de la confiance en soi, qu'uniquement sous l'angle de l'orientation.

Ce handicap est le plus fréquemment provoqué, durant le parcours scolaire ou étudiant, par la peur (ou plus spécifiquement l'anxiété, l'angoisse sous toutes ses formes). Elle peut "affecter" en profondeur et influence presque toujours les choix d'orientation.

Parfois les étudiants en ont vraiment conscience et viennent me voir pour que l'on travaille dessus. Parfois, c'est en creusant un peu que l'étudiant prend conscience des biais et limitations de sa réflexion parcequ'il a :

  • peur de définir un objectif,
  • peur de faire le choix d'atteindre cet objectif,
  • tendance à douter de ses capacités, de sa valeur, de ses compétences,
  • tendance à penser qu'il va échouer,
  • de la timidité, peur ou inconfort à prendre la parole en public,
  • peur d'affronter le regard et le jugement des autres,
  • peur de décevoir ses parents,
  • peur de tout tenter et d'échouer malgré ses efforts,
  • peur de n'être pas assez intelligent,
  • peur de prendre conscience de ses limites.

Bien sûr il y a certaines redondances et cette liste n'est pas exhaustive mais c'est pour illustrer les différentes manières qu'ils ont de le verbaliser.

En fonction des personnalités et des enjeux nous pourrons aborder le travail sous des angles différents, une première étape de réflexion et de prise de conscience de soi, de ses expériences, de son histoire est nécessaire et c'est ce qui orientera surement le travail.

Derniers articles du Blog

  • The difference between influence and manipulation and the reasons for these behaviors

    Information
    Publié le 12 octobre 2021 par Philippe Vivier dans Réflexions sur l'Influence / manipulation

    I am often astonished by the way these terms are used, whether in articles by bloggers or vloggers of varying quality, or in the literature and research in social psychology and clinical psychology, particularly the very trendy one on narcissism, whether it be the question of narcissistic personality or narcissistic perversion disorder.

    This misunderstanding in the use of these terms led me to wonder.

    Of course, there is an etymological difference between the two terms, but that is not the subject here.

    In my opinion, we must focus on the meaning of these words, since they are used as a qualifier for an action.

    For the Larousse dictionary, influence is the fact of an “Action, generally continuous, that something exerts on something or someone” and manipulation would be the “Action of directing the conduct of someone, of a group in the direction that one wishes and without them realizing it”.

    This would imply that the fundamental difference between influence and manipulation is that the victim be or become aware of it.

    Context would therefore also seem to play a role in being able to identify influence or manipulation through the examples offered: an example of political manipulation in one case, and television influencing youth in another.

    Concepts that are intermingled in the collection of expressions using the term influence, we find; “subjected to a manipulation of ideological, psychological order.” Moreover, the use of the term “ideological” also refers to politics,

    ...
  • La différence entre influence et manipulation et les raisons de ces comportements

    Information
    Publié le 12 octobre 2021 par Philippe Vivier dans Réflexions sur l'Influence / manipulation

    Je suis souvent étonné de la façon dont ces termes sont employés, que ce soit au sein d’articles de bloggeurs ou vlogeurs plus ou moins qualitatifs que dans la littérature et les recherches en psychologie sociale ainsi qu’en psychologie clinique notamment celle très à la mode sur le narcissisme, qu’il s’agisse de la question de la personnalité narcissique ou du trouble de la perversion narcissique.

    Cette incompréhension dans l’emploi de ces termes m’a conduit à m’interroger.

    Bien sûr, il existe une différence étymologique entre les deux termes, mais ce n’est pas le sujet ici.

    Il faut selon moi s’attacher avant tout au sens de ces mots, puisqu’ils sont utilisés en tant que qualificatif d’une action.

    Pour le Larousse, l’influence est le fait d’une « Action, généralement continue, qu’exerce quelque chose sur quelque chose ou sur quelqu’un » et la manipulation serait l’« Action d’orienter la conduite de quelqu’un, d’un groupe dans le sens qu’on désire et sans qu’ils s’en rendent compte ».

    Cela sous-tendrait que la différence fondamentale entre l’influence et la manipulation résiderait dans le fait que la victime s’en rende compte.

    Le contexte semblerait donc également jouer un rôle pour pouvoir identifier influence ou manipulation de par les exemples proposés : un exemple de manipulation politique dans un cas, et celui de la télévision qui influence les jeunes dans un autre.

    Des concepts qui s’entremêlent d’ailleurs dans le recueil d’expressions utilisant le terme influence, nous

    ...
  • Being comfortable with your Coach is not that important!

    Information
    Publié le 11 septembre 2021 par Philippe Vivier dans L'orientation scolaire et professionnelle

    All coaches and therapists are subject to the vagaries of their clients' lives and to the fact that they sometimes drop out because of discomfort, whatever term is used. In the context of coaching, this is much less important, in my opinion, than the general discourse based on the principles of therapy, as taught to all apprentice coaches in training schools, and which consists in indicating that it is essential, which logically leads to the emergence of discourse suggesting that one should not take on coaching when one does not "feel" able to do so with regard to one's own shadow areas, etc. This implies that the coach would know his shadow areas that he would have explored in therapy beforehand, which is generally not the case. This can also be explained simply by the diversity of profiles that register for coaching training without any prior knowledge of psychology or therapy methods. It is a question of making this public conceptualize the commercial relationship particularity that unites a practitioner with his client, which is quite different from the one that a salesman at the wallmart might have with his client.
    It is thus a question here of discussing the principle that I myself have put forward from the beginning in the introductory texts present on my website, without very detailed explanation, aiming at explaining that it was important to have a good "feeling" with one's coach. I have decided for this article to focus on what is necessary without being

    ...
  • Être à l’aise avec son Coach n’est pas si important !

    Information
    Publié le 11 septembre 2021 par Philippe Vivier dans L'orientation scolaire et professionnelle

    Tous les coachs ou praticiens thérapeutes subissent durant l’année les aléas de la vie de leurs clients et ces désistements qui ont parfois pour motif un inconfort, quel que soit le terme utilisé. Dans le cadre du coaching, c’est beaucoup moins important selon moi, que le discours général calqué sur les principes de la relation d’aide en thérapie, comme on l’enseigne à tous les apprentis coachs dans les écoles de formation, le laisse penser et qui consiste à indiquer que c’est primordial, qui font logiquement émerger ensuite les discours laissant entendre qu’il ne faut pas prendre des accompagnements lorsque l’on ne se « sent » pas en capacité de le faire vis-à-vis de ses propres zones d’ombres, etc. Ce qui sous-tend quand même que le coach connaîtrait ses zones d’ombres qu’il aura explorées en thérapie préalablement, ce qui n’est très généralement pas le cas. Cela peut s’expliquer aussi simplement par la diversité des profils qui s’inscrivent aux formations de coaching sans connaissance préalable en psychologie ou relation d’aide. Il est question de faire conceptualiser à ce public la particularité commerciale qui unit un praticien à son client qui est bien différent de celle que pourrait avoir avec son client un vendeur Fnac.
    Il est donc question ici de discuter le principe que j’ai moi-même d’ailleurs mis en avant dès le début dans les textes d’introduction présents sur mon site, sans explication très fouillée, visant à expliquer que c’était important d’avoir un bon « feeling »

    ...