Le déroulement d'une séance de Coaching scolaire et étudiant

La description du déroulement d'une séance de coaching est intéressante pour comprendre concrètement comment cela se passe.
 
Bien sûr votre intérêt immédiat est d'avoir une réponse rapide à lire et simple à comprendre, c'est souvent le cas lorsque l'on fait des recherches Internet. Vous souhaitez certainement aussi savoir si cela pourrait convenir à vos attentes, répondre à certaines de vos questions.
Si vous voulez que cette recherche et cette lecture vous soit pleinement profitable, il vous faut idéalement des points de comparaison et quelques connaissances afin de bien comprendre que le contenu d'une séance de coaching dépendra de votre problématique mais également du coach ou du service réel que vous avez choisi. Je vous invite donc sincèrement à y passer 10 minutes de plus que prévu avant de passer directement en fin d'article à un exemple de déroulement d'un coaching d'orientation...
 
J'aimerais d'abord vous expliquer que pour pouvoir juger de la pertinence d'une méthode, il est important d'avoir une vision claire et objective de ses particularités et de ce qu'elle permet, mais également du degré d'influence de celle-ci sur vos choix. Déjà que vous êtes et avez été influencé par votre éducation, vos apprentissages, les normes et règles sociales et que des études récentes en psychologie démontrent que dans certains cas nous ne sommes pas capables de faire des choix rationnels, il vaut donc mieux éviter de cumuler à cela une méthode qui ne cherche pas à contrôler très précisément son influence sur vous, ni a réduire l'effet antérieur de celle ci sur vos idées, vos croyances, etc.
 
Je vous invite à parcourir les différents articles que j'ai rédigé en ce sens même si je ne met pas toujours l'accent sur l'influence et croiser ces informations avec d'autres sources. Il est également important de la comparer aux autres méthodes existantes dans l'optique de déterminer la méthode la plus efficace notamment. Dire que le coaching est une méthode idéale pour s'orienter serait quelque peu extrême, par contre affirmer que c'est la méthode actuelle la plus pertinente et efficace, beaucoup moins. Je vous invite pour approfondir cette question à lire mon ouvrage "L'orientation aujourd'hui ou l'art de ne pas se planter", qui couvre les méthodes usuelles, y compris le coaching et en précise les limites et avantages.
 
Par conséquent, il me parait primordial dans un premier temps, pou ceux qui ne liront pas cet ouvrage, de faire un exposé très succinct de la nature et du déroulement des tests et bilans d'orientation et même de beaucoup d'offres nébuleuses de coaching d'orientation comme cela fleurit sur Internet, et qui seuls ou en pack sont toujours à la base de ce qui vous sera proposé généralement. Des coachings basés sur des tests préalables sont monnaie courante malgré l'hérésie que cela représente, mais encore faut il avoir une connaissance un peu approfondie de la question pour le réaliser.
 

Un état des lieux rapide de l'offre de base des autres services d'orientation: la nature et le déroulement des tests d'orientation

Comme je l'ai déjà dit à de nombreuses reprises, il s'agit de tests de personnalité qui ont été détournés de leur usage premier. Il ne s'agit pas de tests d'orientation, cela n'existe pas.

Réfléchissez y de votre côté un instant, comment un test de personnalité (RIASEC) censé vous dire globalement qui vous êtes et qui a déjà du mal à le faire précisément et en prenant en compte toutes les facettes de votre personnalité (le RIASEC ne prends pas en compte l'agressivité par exemple), pourrait arriver à vous dire ce que vous voulez faire dans la vie et vous permettre de trouver un projet professionnel clef en main? Il faut se rendre à l'évidence, l'orientation est une étape cruciale de la vie des étudiants. Celle ci n'est pas correctement prise en charge et aucune norme ne permet de définir quel organisme vous propose le meilleur service. Pour savoir comment choisir la meilleure façon de s'orienter, vous allez devoir user de votre bon sens.
 
On se retrouve à l'ère d'Internet avec une fuite en avant de la recherche de facilitation d'un processus d'orientation qui devrait principalement s'appuyer sur la réflexion, tests et questionnaires en ligne n'en sont qu'un exemple (d'ailleurs labellisé "coaching"). Car en effet, il s'agit bien de faire un CHOIX d'orientation et un choix de ce type doit s'appuyer sur la réflexion, idéalement bien d'autres encore, même si comme je l'ai introduit, beaucoup de nos choix sont "émotionnels", ce qui les rends pour la plupart étonnants, au 20ème siècle, compte tenu des problématiques auxquelles nous faisons face. Durant des millions d'années, que notre centre décisionnel ait été régi par nos émotions était une question de survie, cela dit, en quelques centaines d'années, nous ne pouvons que constater que la complexité des choix que nous avons du faire n'est pas adaptée au fonctionnement de notre cerveau. Bref, pour faire un choix de métier intelligent, nous devons nous imposer de raisonner. Ce qui ne signifie pas qu'il faille laisser à l'intuition une place seulement minime, mais il est préférable de la laisser s'exprimer dans un second temps.

Il paraît impensable de considérer pouvoir s'orienter sans mobilisation, sans être impliqué, acteur et décideur, sans réfléchir vraiment, sans se projeter... C'est pourtant le cas lorsque vous passez un test d'orientation mais l'autre problématique est plus complexe encore, plus insidieuse.

Une affaire ambigüe de terminologie

La terminologie permet de jouer sur l'imaginaire sur le flou de faire passer quelque chose pour autre chose. Bref, elle permet d'installer une incertitude, un doute sur le sens réel et l'influence c'est l'art de créer le doute à en croire les experts en marketing de l'industrie du tabac lorsqu'ils cherchaient à nier que le tabac était mauvais pour la santé.

Ces tests et ces différents services d'orientation vous offrent de tenter de vous proposer un ou plusieurs métiers pour lesquels "vous êtes fait" (donc en fonction de votre personnalité, notes et activités extra scolaires), cette formulation en apparence négligeable est en fait lourde de conséquences. Posez vous la question, est ce cela que vous cherchez vraiment, le formuleriez vous comme cela? A l'heure ou tout le monde parle "trouver ce qui vous passionne", même si il y a beaucoup à dire sur cette norme et son influence mais là n'est pas la question, pensez vous que vous trouverez votre passion grâce à votre personnalité et vos compétences académiques?
 
Votre boucher était il censé être boucher? Il est né avec des prédispositions particulières pour être boucher et la question du choix n'aurait rien à voir dans la situation qui fait qu'il est devenu boucher?

Comparez :
« Un métier pour lequel je suis (censé être) fait » = destin
« Un métier que je veux faire » = choix
 
Il s'agit donc ici de vous orienter en fonction d'un aspect de votre personnalité prépondérant par rapport aux autres ou tout du moins qui aura le score le plus haut ainsi que vos résultats dans certaines matières scolaires, en omettant totalement de s'intéresser à ce que vous voulez / aimez, ce qui a du sens pour vous et sans consacrer de temps à vous aider à prendre conscience de ce que vous voulez si vous ne l'avez pas encore fait.

Généralement, ces services, ces réseaux, ces instituts et ces entreprises utilisent un test bien connu, notamment dans le monde du bilan de compétence (le RIASEC, par exemple que j'ai déjà mentionné). Ce test est donc détourné et présenté comme un test d'orientation alors qu'il s'agit d'un test qui permet d'identifier 6 types de personnes au travail. Je vous renvoie à la page Wikipedia sur le RIASEC.

Ces tests sont bien sûr censés s'adresser à tout le monde, ce qui est totalement faux. Je pense à tous ces zébres, surdoués, EIP, HPI quelle que soit l'apelation qu'on veut bien leur donner qui s'embêtent profondément à l'école et qui s'intéressent à de nombreux domaines, et dont la plupart sombrent dans l'échec scolaire. Je pense également aux personnalités de type "scanneur" qui passent de projets en centres d'intérêts quasi indéfiniment et qui ont finalement un comportement que je qualifie personnellement d'"éponge".

Ces tests ne peuvent absolument pas prendre en compte ce genre de personnalités.
Sans parler uniquement des HPI, je pense également à tous ces jeunes qui ne sont pas forcément diagnostiqués comme doués ou surdoués et dont on sent bien qu'il faut prendre en compte leur spécificité d'une manière particulière.
 
j'ai mené l'expérience que je présente d'ailleurs dans mon ouvrage avec un élève HPI. Il en ressortait qu'il était "quantifié" de 70% à 80% (de mémoire) sur toutes les composantes du RIASEC, que peut on en déduire? Je dirais même plus, les résultats posent vraiment question en ce qui concerne la composante "entreprenante" qui n'avait qu'un score de 75% lorsque l'on sait que cet étudiant à déjà crée une SARL et a trois projets Internet à son actif... Cela laisse songeur.

Penser que l'on peut « ranger » quelque chose d'aussi complexe que la personnalité humaine (au travail ou ailleurs), et surtout, que l'on cherche à faire dire à ce "rangement" ce que l'individu devrait faire de sa vie me paraît être l'une des plus belles aberrations de notre temps, compte tenu des conséquences potentielles...

Il devient primordial de s'interroger très précisément sur l'offre de service d'orientation que vous allez choisir car sans même penser aux "Goliath" du secteur qui font tous les ans un salon pour les étudiants, vous devez vous interroger pour déterminer si vous pouvez prendre le risque de vous baser uniquement sur une renommée pour définir s’ils vous proposent un test ou un service de qualité.
 
Maintenant que nous avons étudié "en surface", et très brièvement la nature et le déroulement des tests d'orientation,  et ce sans évoquer la question de l'influence car cela nous aurait fait nous éloigner bien trop loin du sujet et fera l'objet bientôt d'un ouvrage à part entière, je vais vous présenter l'organisation et le déroulement d'un coaching d'orientation tel que je le pratique. Toutefois, si vous souhaitez rentrer dans le détail sur ces questions et approfondir l'analyse des méthodes d'orientation, je vous renvoi une nouvelle fois à mon ouvrage : "L'orientation aujourd'hui ou l'art de ne pas se planter" publié récemment, que vous trouverez sur ce site mais également sur Amazon et Google Play.
 
J'en profite ici, pour vous informer d'une autre méthode que vous pouvez mettre en oeuvre en toute autonomie:
 
Book Ipad Cover FR

J'ai conçu un programme unique pour choisir un métier, en 5 jours ou 35 heures à 9,99 €.

Éviter l'influence en orientation a toujours été pour moi d'une importance capitale et d'autant plus depuis quelques années ou chaque individu a une théorie ou un conseil à vous donner et beaucoup de moyens de diffusion.
17 ans d'expérience dans un programme d'orientation, unique, car il ne vous influence pas, avec du développement personnel, ou chaque personnalité peut s'exprimer en toute autonomie à la recherche du sens et à un tarif accessible à tous. Moins encadré et personnalisé mais aussi efficace pour trouver son métier lorsque l'on est volontaire.

En savoir plus

 
Avant d'aborder le déroulement en tant que tel, il faut aborder rapidement la question du cadre, qui peut avoir une influence. Un coaching se déroule idéalement dans le cabinet, lieu de réception du coach ou par visioconférence. Je pense qu'il est préférable, pour mettre à l'aise les clients, de les recevoir dans des environnements qui doivent garantir le secret professionnel, mais également l'anonymat. Recevoir un client, dans un lieu sans insonorisation et/ou de multiples bureaux sont collés les uns les autres et/ou tout le monde peut voir aller et venir les clients ne me paraît pas favoriser la sérénité. Il ne s'agit pas d'être zen, mais il faut que le client se sente à l'aise dans l'environnement. C'est aussi l'un des avantages des rendez-vous en visioconférence.
Le coach doit veiller à garantir le respect du secret professionnel et ne peut donc décemment pas proposer de faire les séances de coaching dans un lieu public ou au sein d’un établissement qui ne mettrait pas à disposition une salle ou un bureau bien insonorisé et à l’écart des autres.
 
Ceci dit, passons au déroulement d'une séance.
 

Structure et déroulement d'une séance de Coaching Scolaire

 
Voici l'exemple structurel de déroulement d'un accompagnement et d'une séance de coaching, voilà ce qu'il faut retenir dans les grandes lignes :
  • Entre 3 à 6 séances sur 2 à 3 mois / dépendant de l'investissement de l'étudiant
  • Durant les séances : je questionne l'étudiant pour le faire réfléchir et avancer vers son objectif qui est de préciser ce qu'il veut pour faire un choix
  • La première séance permet de faire un état des lieux de la situation, de définir l'objectif et d'entamer le travail
  • La phase de définition dure 1 à 3 séances (recueil d'information / recherche de solutions / réflexion / définition)
  • La phase de validation dure 1 à 3 séances (précision et validation des solutions définitives)

Coaching: La première séance...

...se déroule seulement avec l'étudiant, mais un parent peut être présent durant les premières minutes si nécessaire.

Durant cette séance, nous aborderons en détail la situation ainsi que tous les éléments externes pouvant venir l'influencer, afin que je me fasse une idée, la plus précise possible, de votre situation personnelle et professionnelle.
Dans un deuxième temps, nous définirons ensemble la périodicité nécessaire la plus appropriée pour l'accompagnement et qui pourra varier au fur et à mesure.

Le but de cette première séance est de bien s'entendre sur votre demande d'accompagnement, si cela n'a pas été précisé auparavant par téléphone et de définir :

1) l'objectif sur lequel on va travailler,
2) comment et en combien de temps.

Bien sûr cela est susceptible d'évoluer...

Ensuite nous entamerons directement le travail pour vous permettre d'avancer de votre côté d'ici la deuxième séance.

Il est très important que l'élève ou l'étudiant se responsabilise et c'est pourquoi je préfère toujours qu'il rende compte directement à ses parents du travail que nous menons, d'autant plus que je suis tenu au secret professionnel. Un point d'avancement par rapport aux objectifs peut être fait, je peux, lorsque je l'estime indispensable ou à la demande d'un parent, et avec l’accord de l’étudiant, faire un retour sur le travail accompli.

Prenons un exemple concret avec le cas d'un coaching d'orientation, votre demande définissant votre objectif pourrait être :

- Le choix d'un métier, la définition d'un projet professionnel clair,

Ou bien :

- Faire un choix entre deux métier (qui sous entend donc que vous ayez déjà mené une réflexion approfondie de votre côté).

Bien évidemment, dans le cas d'un projet plus global d'accompagnement, le nombre des séances nécessaire pourra être plus important que pour un coaching d'orientation classique ou l'objectif est le choix de votre métier.

Je vais aborder la question du déroulement d'un coaching sur deux niveaux différents: Comment se déroule une séance et plus globalement, comment se déroule un coaching ?

Comment se déroule une séance :

Voici ci dessous un extrait du type d'échanges entre nous, lorsque nous avons déjà commencé à entamer le travail de réflexion dans la définition d'un métier.

  • Moi : Quel aspect dans votre travail est important pour vous ?
  • L’élève : Je voudrais vraiment être autonome, avoir un boss sympa qui me guide quand cela est nécessaire mais qui n’est pas toujours derrière moi.
  • Moi : Bon, en quoi c’est important pour vous ?
  • L’élève : et bien c’est important pour que je me sente bien.
  • Moi : D'accord mais en quoi cet aspect vous aide t’il à préciser votre métier ?
  • L’élève : Heu, comment ca ?
  • Moi : Et bien oui, est-ce un aspect qui se rapporte au métier ou à autre chose, pensez vous avoir le contrôle dessus ?
  • L’élève : bin à l’ambiance plutôt, mais c’est important.
  • Moi : OK, mais alors cet aspect n’est pas spécifique à un seul métier, donc en quoi cela vous aide t’il à préciser VOTRE métier ?


    J’ai volontairement choisi un questionnement assez ciblé mais usuel pour cet exemple, afin que cela reste simple et bref et que cela vous donne une bonne idée de la nature des échanges, de la façon dont cela se passe et la manière d'avancer dans la réflexion sur le sujet qui nous occupe.

Comment se déroule un coaching ?

Je vais à présent prendre un exemple pour illustrer et vous permettre de vous représenter les étapes possibles du déroulement d'un coaching d'orientation métier. Pour faciliter la représentation et la compréhension, j'ai pris le parti de découper le coaching en plusieurs phases types. J'insiste sur le fait qu'il ne s'agit ici que d'un exemple pour vous donner une idée du processus, mais l'intérêt du coaching est justement de pouvoir s'adapter à la personnalité, au mode de fonctionnement et à la situation de chacun ainsi qu'a son évolution au cours du coaching !

Voici les différentes étapes types de mon exemple : un coaching d'orientation, dont l'objectif est le choix d'un métier, pour un étudiant en terminale ayant beaucoup d'envies et de possibilités.

Si vous avez déjà consulté mon site dédié au coaching d'orientation pour les étudiants, il s'agit du même exemple.

1er entretien

La première séance de définition de votre demande de coaching :
Comme expliqué plus haut, cette séance sert essentiellement à " mettre sur la table " tous les éléments de la problématique. Elle permet une bonne prise de conscience de la situation à la fois par le coach et par l'étudiant. Il ne faut pas en attendre une avancée réelle sur la problématique, parfois la prise de conscience qu'elle entraine peut même plonger l’étudiant dans un certain flou. Cette impression de ne pas être plus avancé est tout à fait logique dans ce cas et peut s'étendre, sur les deux premières séances de travail de la phase de définition, de recueil d'information et de réflexion.

Phase de définition - 1 à 3 séances de recueil d'information / réflexion / précision

Ces séances, par le questionnement, la mise en perspective et la projection à long terme, peuvent permettre de faire un tri rapide et sommaire, parmi vos idées et vos envies, de les confronter à la réalité et d'affiner les différentes options d'orientation qui commencent à se dégager et sur lesquels ont pourrait se pencher plus précisément par la suite. Il sera nécessaire de fixer ensemble le travail à faire de votre côté pour continuer à avancer ou valider certains points pour permettre de faire des choix, durant les inter-séances.

Il s'agit que l'étudiant rentre dans une démarche active et qu'il s'implique dans cette réflexion à l'extérieur du cadre des séances. Cela crée une continuité et génère une implication productive.

Phase de validation - 1 à 3 séances de précision du projet professionnel

Ces séances peuvent permettre d'approfondir la réflexion sur les différents choix d'orientation éventuellement déjà pré définis durant la phase de définition.
Il pourrait s'agir par exemple d'approfondir la réflexion sur certains éléments mis de côté provisoirement, les implications au niveau de la vie quotidienne de chaque métier par exemple! Surtout valider que ce qui est ressorti de notre travail est bien ce qui est le plus important pour vous et correspond à vos attentes.

On veillera également à assurer la continuité du travail de précision engagé. C'est une phase de validation des différents éléments de reflexion et recherches mises en oeuvre pour faire un bilan et définir les conclusions pouvant être faites, en quelque sorte.

L'objectif de cette phase serait de finaliser votre choix d'orientation en toute connaissance de cause, que vous ayez pleinement conscience des éléments qui vous ont guidés vers ce choix et des éléments qui ont éliminé les autres possibilités, en prenant en compte la réalité, la faisabilité et la viabilité du projet.

Au dela de cette structure imposé pour clarifier le travail dans cet exposé, beaucoup d'éléments sont abordés et traités aux moments opportuns.

Il faudra durant les deux phases, lui faire prendre conscience de ses compétences pour mener à bien son projet, valider des idées ou des envies, confronter l'imaginaire au réel, et se pencher sur les différentes étapes qu'il devrait négocier et réfléchir pour bien choisir ses différentes spécialisations éventuelles.

Il est toujours intéressant une fois le métier identifié de définir une ligne directrice de construction de cohérence dans ses expériences et dans son parcours étudiant pour venir compléter son parcours et ainsi renforcer ses qualifications.

Bien entendu le questionnement, une remise en question régulière et votre réflexion inter-séance conduisent à nourrir le coaching avec de nouveaux éléments qui viennent s'intégrer et éventuellement modifier l'axe de travail.

Eventuellement, le coaching peut être finalisé par une ou deux séances afin d'assurer la continuité du travail de validation engagé.

Enfin, le processus de coaching visera à développer l'autonomie vis-à-vis de la réflexion sur son orientation mais aussi vis-à-vis du coach.

Récemment, un étudiant est revenu vers moi en m'écrivant par email:

"Là où nous nous étions arrêtés, j'affirmais vouloir travailler dans les ressources humaines. Hors, en faisant des recherches sur des formations correspondantes, je me suis aperçu que ce n'est pas du tout ce qui m'intéresse.

Je suis donc revenu sur la communication et me suis rendu compte que l'aspect digital et réseaux de la communication me fait vibrer. Secteur en plein développement et très polyvalent, il me permet d'intégrer une boite d’événementiel ou de cryptomonnaies.
Je tenais à vous remercier pour l'aide que vous m'avez apporté. Nous ne sommes peut-être pas arriver à la bonne conclusion ensemble, mais vous m'avez appris à créer une réflexion personnelle et à réfléchir sur moi-même. Compétence qui me sert maintenant au quotidien."

 

Cela souligne un des éléments très important dans les apports d'un coaching d'orientation : l'AUTONOMIE

Il arrive parfois que lorsque l'on approfondit pas suffisamment les recherches sur un métier et sa formation (durant le coaching ou après) on se rend compte après coup que cela ne correspond pas (ou plus) totalement à ses priorités. Ou alors, on est tellement emballé et euphorique d'avoir "trouvé" son métier sur l'instant que l'on est pas suffisamment lucide sur les autres éléments de ce métier à prendre en compte ou sur ses propres priorités. Parfois cela peut également être la réflexion ou les priorités qui changent en quelques semaines.

Dans ce dernier cas, on voit bien que malgré que vos envies ou prioritées évoluent, vous êtes autonome et reprenez par vous même la reflexion en toute autonomie, vous permettant d'atteindre l'objectif.

Vous devriez avoir maintenant une idée un peu plus précise du contenu potentiel d’un coaching et de ce qui peut être travaillé.

Cependant je me répète, c’est la problématique spécifique de chaque étudiant et ses différents choix et décisions durant le coaching qui orienteront inévitablement le travail. C'est en faisant des choix que l'on avance. Le coach questionne, remet en question, peut apporter des éléments de réflexion supplémentaires en toute neutralité, mais se doit de ne pas influencer l’étudiant dans ses choix et décisions.

Pour mieux comprendre le travail du coach et les principes qui encadrent l’exercice de sa profession, il est très important de bien prendre le temps de lire et de comprendre son code de déontologie.

Un coaching est un processus, c'est au fur et à mesure que l'on avance !
Lorsque vous décidez d'entreprendre un coaching, représentez-vous une démarche globale.

Contrairement à certains sites proposant des prestations de coaching similaires, je ne propose pas de méthode systématique, de tests d'orientation préalable quels qu'ils soient ou d'outils spécifiques supposés vous donner confiance, proposer une grille de lecture et conduire à des résultats types. Je crois sincèrement que l'application trop automatique de telles méthodes n'est pas un gage de réussite et de développement individuel et peut facilement conduire à passer à coté d'un point essentiel pour l'étudiant.

Car en fait, dans un tel processus, lorsque l'étudiant est impliqué à 100%, si il a quelque chose auquel il ne pense pas, il y a surement une raison. Ce n'est surement quelque chose de véritablement important pour lui, d'essentiel.

De plus, même si nous pouvons cataloguer les problèmes, les voies pour y remédier sont généralement très différentes d'un individu à l'autre.

Pour reprendre un aspect important abordé en page d'accueil du site, décortiquez bien les offres de coaching qui vous sont faites un peu partout, et surtout le profil du coach, qu'il s'agisse de coaching, d'un conseil d'orientation ou d'une autre appellation, qu'elle soit normalisée ou pas. Ce coach a t'il travaillé auparavant avec les jeunes, a t'il une formation ou un cursus lui donnant une vrai sensibilité à la relation d'aide ou s'est il simplement réorienté après des années dans la com'? Si vous ne trouvez pas cette information, soyez vigilant et informez vous.

Choisir un coach scolaire issu de l'entreprise sans expérience professionnelle dans le monde étudiant,  sans formation ou diplôme en psychologie, science de l'éducation, formation, enseignement ou en relation d'aide est-il judicieux ?


Certains blocages ou problèmes personnels peuvent parfois freiner ou limiter l'efficacité du processus de coaching, et il est indispensable que le coach ait le bagage pour les identifier et ajuster l’accompagnement.

De plus, il peut être discutable de vouloir travailler sur le concept de performance et de motivation trop tôt, souvent avec des outils ou méthodes importées du coaching d'entreprise ou tout simplement issus de l'expérience acquise en entreprise de ces coachs. La réussite scolaire est importante, mais il faut être vigilant sur les moyens mis en œuvre pour la favoriser ou la générer. Je pense que pour bien orienter et motiver, il faut favoriser une prise de conscience des enjeux futurs, il faut que l'envie et l'enthousiasme naisse grâce a une profonde réflexion personnelle qui fera que l'élève ou l'étudiant travaillera en s'épanouissant et en accomplissant l'objectif qu'il s'est lui-même fixé ! Et il n'en sera que plus motivé et donc performant…

Derniers articles du Blog

  • The difference between influence and manipulation and the reasons for these behaviors

    Information
    Publié le 12 octobre 2021 par Philippe Vivier dans Réflexions sur l'Influence / manipulation

    I am often astonished by the way these terms are used, whether in articles by bloggers or vloggers of varying quality, or in the literature and research in social psychology and clinical psychology, particularly the very trendy one on narcissism, whether it be the question of narcissistic personality or narcissistic perversion disorder.

    This misunderstanding in the use of these terms led me to wonder.

    Of course, there is an etymological difference between the two terms, but that is not the subject here.

    In my opinion, we must focus on the meaning of these words, since they are used as a qualifier for an action.

    For the Larousse dictionary, influence is the fact of an “Action, generally continuous, that something exerts on something or someone” and manipulation would be the “Action of directing the conduct of someone, of a group in the direction that one wishes and without them realizing it”.

    This would imply that the fundamental difference between influence and manipulation is that the victim be or become aware of it.

    Context would therefore also seem to play a role in being able to identify influence or manipulation through the examples offered: an example of political manipulation in one case, and television influencing youth in another.

    Concepts that are intermingled in the collection of expressions using the term influence, we find; “subjected to a manipulation of ideological, psychological order.” Moreover, the use of the term “ideological” also refers to politics,

    ...
  • La différence entre influence et manipulation et les raisons de ces comportements

    Information
    Publié le 12 octobre 2021 par Philippe Vivier dans Réflexions sur l'Influence / manipulation

    Je suis souvent étonné de la façon dont ces termes sont employés, que ce soit au sein d’articles de bloggeurs ou vlogeurs plus ou moins qualitatifs que dans la littérature et les recherches en psychologie sociale ainsi qu’en psychologie clinique notamment celle très à la mode sur le narcissisme, qu’il s’agisse de la question de la personnalité narcissique ou du trouble de la perversion narcissique.

    Cette incompréhension dans l’emploi de ces termes m’a conduit à m’interroger.

    Bien sûr, il existe une différence étymologique entre les deux termes, mais ce n’est pas le sujet ici.

    Il faut selon moi s’attacher avant tout au sens de ces mots, puisqu’ils sont utilisés en tant que qualificatif d’une action.

    Pour le Larousse, l’influence est le fait d’une « Action, généralement continue, qu’exerce quelque chose sur quelque chose ou sur quelqu’un » et la manipulation serait l’« Action d’orienter la conduite de quelqu’un, d’un groupe dans le sens qu’on désire et sans qu’ils s’en rendent compte ».

    Cela sous-tendrait que la différence fondamentale entre l’influence et la manipulation résiderait dans le fait que la victime s’en rende compte.

    Le contexte semblerait donc également jouer un rôle pour pouvoir identifier influence ou manipulation de par les exemples proposés : un exemple de manipulation politique dans un cas, et celui de la télévision qui influence les jeunes dans un autre.

    Des concepts qui s’entremêlent d’ailleurs dans le recueil d’expressions utilisant le terme influence, nous

    ...
  • Being comfortable with your Coach is not that important!

    Information
    Publié le 11 septembre 2021 par Philippe Vivier dans L'orientation scolaire et professionnelle

    All coaches and therapists are subject to the vagaries of their clients' lives and to the fact that they sometimes drop out because of discomfort, whatever term is used. In the context of coaching, this is much less important, in my opinion, than the general discourse based on the principles of therapy, as taught to all apprentice coaches in training schools, and which consists in indicating that it is essential, which logically leads to the emergence of discourse suggesting that one should not take on coaching when one does not "feel" able to do so with regard to one's own shadow areas, etc. This implies that the coach would know his shadow areas that he would have explored in therapy beforehand, which is generally not the case. This can also be explained simply by the diversity of profiles that register for coaching training without any prior knowledge of psychology or therapy methods. It is a question of making this public conceptualize the commercial relationship particularity that unites a practitioner with his client, which is quite different from the one that a salesman at the wallmart might have with his client.
    It is thus a question here of discussing the principle that I myself have put forward from the beginning in the introductory texts present on my website, without very detailed explanation, aiming at explaining that it was important to have a good "feeling" with one's coach. I have decided for this article to focus on what is necessary without being

    ...
  • Être à l’aise avec son Coach n’est pas si important !

    Information
    Publié le 11 septembre 2021 par Philippe Vivier dans L'orientation scolaire et professionnelle

    Tous les coachs ou praticiens thérapeutes subissent durant l’année les aléas de la vie de leurs clients et ces désistements qui ont parfois pour motif un inconfort, quel que soit le terme utilisé. Dans le cadre du coaching, c’est beaucoup moins important selon moi, que le discours général calqué sur les principes de la relation d’aide en thérapie, comme on l’enseigne à tous les apprentis coachs dans les écoles de formation, le laisse penser et qui consiste à indiquer que c’est primordial, qui font logiquement émerger ensuite les discours laissant entendre qu’il ne faut pas prendre des accompagnements lorsque l’on ne se « sent » pas en capacité de le faire vis-à-vis de ses propres zones d’ombres, etc. Ce qui sous-tend quand même que le coach connaîtrait ses zones d’ombres qu’il aura explorées en thérapie préalablement, ce qui n’est très généralement pas le cas. Cela peut s’expliquer aussi simplement par la diversité des profils qui s’inscrivent aux formations de coaching sans connaissance préalable en psychologie ou relation d’aide. Il est question de faire conceptualiser à ce public la particularité commerciale qui unit un praticien à son client qui est bien différent de celle que pourrait avoir avec son client un vendeur Fnac.
    Il est donc question ici de discuter le principe que j’ai moi-même d’ailleurs mis en avant dès le début dans les textes d’introduction présents sur mon site, sans explication très fouillée, visant à expliquer que c’était important d’avoir un bon « feeling »

    ...