Depuis 2004, révélateur de plaisir au travail !

Le déroulement d'une séance de Coaching scolaire et étudiant

Le temps de lecture de cet article est de 10 / 15 minutes environ. J’aborde les choses en profondeur et dans le détail.
 
Bien sûr, votre intérêt immédiat est d’avoir une réponse rapide à lire et simple à comprendre, c’est souvent le cas lorsque l’on fait des recherches Internet.
 
Par habitude, vous avez peur de tomber sur un article sans intérêt qui enfonce des portes ouvertes, de ne rien apprendre et de ne pas avoir de réponse à vos questions.
 
Alors, soyons honnêtes, il y a beaucoup de texte dans cet article mais vous ne perdez pas votre temps, bien au contraire.
 
Vous souhaitez certainement aussi savoir si cela pourrait convenir à vos attentes, répondre à certaines de vos questions. Sans ambiguïté, soyez certain que le titre de l’article correspond à son contenu, vous avez un petit menu sur la droite du texte qui vous permet d’accéder aux sections. Mais n’allez pas directement à la section qui vous intéresse en premier lieu, vous avez besoin de tout lire pour comprendre et saisir le déroulement d’une séance de coaching !
 
Si vous voulez que cette recherche et cette lecture vous soient pleinement profitables, il vous faut idéalement des points de comparaison et quelques connaissances afin de bien comprendre que le contenu d’une séance de coaching dépendra de votre problématique, mais également du coach ou du service réel que vous avez choisi ou qui vous a été proposé. Je vous invite donc sincèrement à y passer 10 minutes de plus que prévu avant de passer directement en fin d’article à un exemple de déroulement d'une séance de coaching, mais également à lire mes articles ; comment choisir un coach et comment choisir un service d’orientation, vous avez peut être l’impression d’en savoir déjà suffisamment ou de l’avoir lu ailleurs, mais je vous assure que si vous n’avez pas lu mes articles, ce ne sera pas inutile…
 
Pour celles et ceux qui ne vont pas aller lire ces articles, il est nécessaire avant toute chose, de définir de quoi on parle exactement, afin de comprendre ce à quoi on compare le coaching et du coup, avoir une appréciation et une évaluation plus fine du déroulement d’une séance de coaching, qui va vous être détaillée ensuite. J’aimerais d’abord vous expliquer que pour pouvoir juger de la pertinence d’une méthode, il est important d’avoir une vision claire et objective de ses particularités et de ce qu’elle permet, mais également du degré d’influence de celle-ci sur vos choix. Vous le savez, vous êtes influencé quotidiennement par votre environnement et avez été influencé par votre éducation, vos apprentissages, les normes et les règles sociales. De plus, des études récentes en psychologie démontrent que dans certains cas nous ne sommes pas capables de faire des choix rationnels (je vous invite à faire des recherches annexes sur les biais cognitifs) il vaut donc mieux éviter de cumuler à cette difficulté à faire des choix rationnellement, une méthode qui ne cherche pas à contrôler très précisément son influence sur vous ni à réduire l’effet antérieur de celle-ci par le questionnement sur vos idées, vos croyances, vos envies, etc.
 
Il est primordial que je vous fasse un exposé très succinct de la nature et du déroulement des tests et bilans d’orientation, car ces tests constituent un préalable à beaucoup d’offres nébuleuses de coaching d’orientation que l’on trouve sur Internet. Pour le dire plus clairement, si dans l’offre de coaching qui vous est proposé on vous fait faire un test d’orientation, c’est que l’accompagnement sera basé dessus et par conséquent il ne s’agit pas de coaching, mais d’un bilan d’orientation ou conseil d’orientation rebadgé en « coaching » pour faire plus vendeur.
 

Le préalable usuel aux faux coachings d'orientation: la problématique des tests et questionnaires d'orientation

Comme je l’ai déjà dit à de nombreuses reprises, et je ne peux malheureusement fournir une explication et une argumentation qui ferait plus de 20 pages à chaque fois que je l’affirme, les tests d’orientation sont de tests de personnalité qui ont été détournés de leur usage premier. Il ne s’agit pas de tests d’orientation, cela n’existe pas. Vous trouverez quand même plus de précisions à ce sujet dans mon article « Comment choisir un service d’orientation ? ».

Il s’agit en réalité de test de personnalité comme le RIASEC censé vous dire globalement votre type de personnalité dominant au travail, rien de plus. De plus, ces tests ont du mal à le faire précisément et en prenant en compte toutes les facettes de votre personnalité (le RIASEC ne prend pas en compte l’agressivité par exemple, mais je vous invite ici à des recherches personnelles sur la question). Un test de personnalité n’a pas pour but, et ne peut en aucune façon, vous dire ce que vous VOULEZ faire dans la vie et vous permettre de trouver un projet professionnel clef en main ! Cela dit, il est pratique d’utiliser un test, la plupart des gens les aiment bien et les trouvent régulièrement dans leur magazine favori ou sur Internet. Ensuite, le résultat est fourni par l’ordinateur et il suffit d’en proposer une retranscription orale. Cela a façonné le marché de l’orientation. On est typiquement ici dans le concept du marché de consommation, c’est très facile et rentable et peut-être mis en œuvre par n’importe qui ! On donne au client ce qu’il veut et ce qu’il achètera, même si c’est mauvais pour lui, pas ce dont il a besoin. La question de l’enjeu est secondaire. Ce modèle d’évaluation de la personnalité, même s’il est usité par tous, est grandement critiqué, et cela sous beaucoup d’angles différents (je vous laisse approfondir).

Il paraît impensable de considérer pouvoir choisir un métier sans s’investir, sans être impliqué, acteur et décideur, sans réfléchir vraiment, sans se projeter… C’est pourtant le concept de ce type d’offres, mais l’autre problématique est plus complexe encore, plus insidieuse.
 

Une affaire ambiguë de terminologie et de concept, le « ce pour quoi vous êtes fait »

La terminologie permet de jouer sur l’imaginaire, sur le flou, de faire passer quelque chose pour autre chose.

Ces services d’orientation vous proposeront un ou plusieurs métiers pour lesquels « vous êtes fait ». Qu’il y ait une partie « conseil », n’arrange rien en raison de l’influence inhérente à ce type d’aide.
Cette formulation en apparence négligeable est en fait lourde de conséquences. Le problème est transposé. Puisqu’avec les tests ils ne peuvent vous dire ce que vous VOULEZ, ils jouent sur la formulation.

Comparez :


« Un métier pour lequel je suis fait » = c'est le destin (qui décide), on s'en remet à autre chose que soi.


« Un métier que je veux faire » = c'est vous (qui décidez), vous faites un choix réfléchi et argumenté.

 

Nous sommes sur des connotations de manque de libre arbitre faisant référence aux principes de la voyance ou à l’imaginaire de la destinée, ils vont vous révéler ce pour quoi vous êtes faits. Mais si le bon sens fait irruption dans le raisonnement, vous devriez réaliser qu’ils sont censés vous aider à faire VOTRE choix de manière réfléchie et rationnelle.
 
J’utilise toujours ces exemples, est-on fait pour devenir boucher ou taxi et qu’est-ce qui l’a conditionné ? Faut-il une personnalité particulière ?
 
Maintenant que nous avons étudié « en surface », et très brièvement la nature absurde et le déroulement des tests d’orientation, et ce, sans évoquer la question de l’influence, de l’orientation par les notes, de l’importance de prendre en compte la personnalité pour n’en citer que quelques-uns, car cela nous aurait fait nous éloigner bien trop loin du sujet, je vais vous présenter l’organisation et le déroulement d’un coaching d’orientation tel que je le pratique. Toutefois, si vous souhaitez rentrer dans le détail sur ces questions et approfondir l’analyse des méthodes d’orientation, je vous renvoie une nouvelle fois à mon ouvrage : « L’orientation aujourd’hui ou l’art de ne pas se planter », que vous trouverez sur Amazon, iTunes, Kobo et Google Play.
 
Il est primordial de s’interroger très précisément sur l’offre de service d’orientation que vous allez choisir, car sans même penser aux « Goliath » du secteur qui font tous les ans un salon pour les étudiants, vous devez vous interroger pour déterminer si vous pouvez prendre le risque de vous baser uniquement sur une renommée pour définir s’ils vous proposent un service de qualité.
 
Avant d’aborder le déroulement en tant que tel, il faut aborder rapidement la question du cadre, qui peut avoir une influence. Un coaching se déroule idéalement dans le cabinet, lieu de réception du coach ou par visioconférence. Je pense qu’il est préférable, pour mettre à l’aise les clients, de les recevoir dans des environnements qui garantissent le secret professionnel, mais également l’anonymat. Recevoir un client, dans un lieu sans insonorisation et/ou de multiples bureaux sont collés les uns les autres et/ou tout le monde peut voir aller et venir les clients ne me paraît pas favoriser la sérénité. Il ne s’agit pas d’être zen, mais il faut que le client se sente à l’aise dans l’environnement. C’est aussi l’un des avantages des rendez-vous en visioconférence.
Le coach doit veiller à garantir le respect du secret professionnel et ne peut donc décemment pas proposer de faire les séances de coaching dans un lieu public ou au sein d’un établissement qui ne mettrait pas à disposition une salle ou un bureau bien insonorisé et à l’écart des autres.
 
Ceci dit, passons au déroulement d’une séance.
 

Structure et déroulement d'un Coaching Scolaire

 
Voici l'exemple structurel de déroulement d'un accompagnement de coaching, voilà ce qu'il faut retenir dans les grandes lignes :
  • Entre 3 à 6 séances sur 2 à 3 mois / dépendant de l'investissement de l'étudiant
  • Durant les séances : je questionne et met à l'épreuve l'argumentation de l'étudiant pour le faire réfléchir et avancer vers son objectif qui est de préciser ce qu'il veut pour faire un choix, notamment dans le cadre d'un coaching d'orientation
  • La première séance permet de faire un état des lieux de la situation, de définir l'objectif et d'entamer le travail
  • La phase de définition dure 1 à 3 séances (recueil d'information / recherche de solutions / réflexion / définition)
  • La phase de validation dure 1 à 3 séances (précision et validation des solutions définitives)

Coaching Scolaire : Le déroulement de la première séance...

La première séance se déroule seulement avec l’étudiant, mais un parent peut être présent durant les premières minutes si nécessaire. C’est d’ailleurs souvent un problème en visioconférence, car les parents soucieux ou vigilants souhaitent être dans la pièce durant toute la séance, malheureusement cela biaise le travail et s’avère contre-productif. L’étudiant se sent inévitablement écouté et n’aura pas une parole libérée, surtout si la réalité de la situation imposerait qu’il précise l’influence ou l’attitude de ses parents. Dès lors, l’évaluation qui peut être faite par le parent ou l’étudiant, de la première séance s’en trouve affectée.

Durant cette séance, nous aborderons en détail la situation ainsi que tous les éléments externes pouvant venir l’influencer, afin que je me fasse une idée, la plus précise possible, de votre situation personnelle et professionnelle.
Dans un deuxième temps, nous définirons ensemble la périodicité nécessaire la plus appropriée pour l'accompagnement et qui pourra varier au fur et à mesure.

Le but de cette première séance est de bien s'entendre sur votre demande d'accompagnement, si cela n'a pas été précisé auparavant par téléphone et de définir :

1) l'objectif sur lequel on va travailler,
2) comment et en combien de temps.

Bien sûr, cela est susceptible d’être un peu différent en fonction des problématiques.

Ensuite, nous entamerons directement le travail pour vous permettre déjà de commencer à avancer de votre côté d’ici la deuxième séance.

Il est très important que l’élève ou l’étudiant se responsabilise et c’est pourquoi je préfère toujours qu’il rende compte directement à ses parents du travail que nous menons, d’autant plus que je suis tenu au secret professionnel. Un point d’avancement par rapport aux objectifs peut être fait, je peux, lorsque je l’estime indispensable ou à la demande d’un parent, et avec l’accord de l’étudiant, faire un retour sur le travail accompli.

Je vais aborder la question du déroulement d’un coaching sur deux niveaux différents : comment se déroule une séance et plus globalement, comment se déroule un coaching ?

Comment se déroule une séance de coaching d’orientation lors de l’approfondissement d'un élément qu’aime/recherche l’étudiant :

Prenons un exemple concret avec le cas d’un coaching d’orientation, que votre demande définissant votre objectif soit :

– Le choix d’un métier, la définition d’un projet professionnel clair

Ou bien :

– Faire un choix entre deux métiers (qui sous-entend donc que vous ayez déjà mené une réflexion approfondie de votre côté).

Quel que soit votre objectif ou votre demande, l’exemple ci-dessous pourra vous donner une idée concrète du type d’échange que nous pourrions avoir sur l’approfondissement d’un point de détail de ce qui semble important pour vous au premier abord.

Voici ci-dessous un extrait du type d’échanges entre nous, lorsque nous avons déjà commencé à entamer le travail de réflexion dans la définition d’un métier.

  • Moi : Quel aspect dans votre travail est important pour vous ?
  • L’élève : Je voudrais vraiment être autonome, avoir un boss sympa qui me guide quand cela est nécessaire, mais qui n’est pas toujours derrière moi.
  • Moi : Bon, en quoi c’est important pour vous ?
  • L’élève : et bien c’est important pour que je me sente bien.
  • Moi : D’accord, mais en quoi cet aspect vous aide-t-il à préciser votre métier ?
  • L’élève : Heu, comment ça ?
  • Moi : Et bien oui, est-ce un aspect qui se rapporte au métier ou à autre chose, pensez-vous avoir le contrôle dessus ?
  • L’élève : bin à l’ambiance plutôt, mais c’est important.
  • Moi : OK, mais alors cet aspect n’est pas spécifique à un seul métier, donc en quoi cela vous aide-t-il à préciser VOTRE métier ?


    J’ai volontairement choisi un questionnement assez ciblé, mais usuel pour cet exemple, afin que cela reste simple et bref et que cela vous donne une bonne idée de la nature des échanges, de la façon dont cela se passe et la manière d’avancer dans la réflexion, par la reformulation et l’approfondissement, sur le sujet qui nous occupe.

Comment se déroule un coaching étudiant ?

Je vais à présent détailler le plus possible pour vous permettre de vous représenter les étapes possibles du déroulement d’un coaching d’orientation pour le choix d’un métier. Pour faciliter la représentation et la compréhension, j’ai pris le parti de découper le coaching en plusieurs phases types. J’insiste sur le fait qu’il ne s’agit ici que d’un exemple pour vous donner une idée du processus, mais l’intérêt du coaching est justement de pouvoir s’adapter, aux priorités, aux changements d’objectifs, à la personnalité, au mode de fonctionnement et à la situation de chacun ainsi qu’a son évolution au cours du coaching !

mon exemple est un coaching d’orientation, dont l’objectif est le choix d’un métier, pour un étudiant en terminale ayant beaucoup d’envies et de possibilités.

Voici les différentes étapes types:

Le 1er entretien

La première séance de définition de votre demande de coaching :
Comme expliqué plus haut, cette séance sert essentiellement à « mettre sur la table » tous les éléments de la problématique. Elle permet une bonne prise de conscience de la situation à la fois par le coach et par l’étudiant. Il ne faut pas en attendre une avancée réelle, parfois la prise de conscience qu’elle entraîne peut même plonger l’étudiant dans un certain flou. Cette impression de ne pas être plus avancé est tout à fait logique dans ce cas et peut s’étendre, sur les deux premières séances de travail de la phase de définition, de recueil d’information et de réflexion, présentées ci-dessous.

Phase de définition — 1 à 3 séances de recueil d’information/réflexion/précision

Un coaching étant personnalisé ce n’est pas très évident de ne pas avoir de cas concret sur lequel s’appuyer et de devoir rester général et que cela soit parlant et à la fois compréhensible.

Ces séances, par le questionnement, la mise en perspective et la projection à long terme, peuvent permettre de faire un tri rapide et sommaire, parmi vos idées et vos envies, de les confronter à la réalité et d’affiner les différentes options d’orientation qui commencent à se dégager et sur lesquels ont pourrait se pencher plus précisément par la suite. Il sera nécessaire de fixer ensemble le travail à faire de votre côté pour continuer à avancer ou valider certains points pour permettre de faire des choix, durant les interséances.

Dans cette face de définition, il faudra explorer votre histoire, vos rêves, vos envies, l’influence subie et les questionner pour s’assurer de la pertinence de vos représentations. On se fait tellement d’idées préconçues, il y aura sûrement des choses à détricoter, tout en dessinant la structure et les piliers principaux de vos choix à venir.

Cela se déroule à peu près de cette façon pour les items précités et d’autres :

Je pense vouloir telle chose > en suis-je sûr ? > pourquoi ? > en quoi est-ce primordial pour moi ? > statut définitif et base de réflexion

Il s’agit que l’étudiant rentre dans une démarche active et qu’il s’implique dans cette réflexion également à l’extérieur du cadre des séances. Cela crée une continuité et génère une implication productive. Une phase quelque peu coûteuse en ressources personnelles, mais indispensables.

Phase de validation - 1 à 3 séances de précision du projet professionnel

Ces séances peuvent permettre d’approfondir la réflexion sur les différents choix d’orientation éventuellement déjà identifiés durant la phase de définition.
Il pourrait s’agir par exemple d’approfondir la réflexion sur certains éléments mis de côté provisoirement, les implications au niveau de la vie quotidienne de chaque métier par exemple ! Surtout valider que ce qui est ressorti de notre travail est bien ce qui est le plus important pour l’étudiant et correspond à ses attentes.

On veillera également à assurer la continuité du travail de précision engagé. C’est une phase de validation des différents éléments de réflexion et recherches mises en œuvre pour faire un bilan et définir les conclusions pouvant être faites, en quelque sorte.

L’objectif de cette phase serait de finaliser votre choix d’orientation en toute connaissance de cause, que vous ayez pleinement conscience des éléments qui vous ont guidés vers ce choix et des éléments qui ont éliminé les autres possibilités, en prenant en compte la réalité, la faisabilité et la viabilité du projet.

Au-delà de cette structure imposée pour clarifier le travail dans cet exposé, beaucoup d’éléments sont abordés et traités aux moments opportuns.

Il faudra, durant les deux phases, faire prendre conscience à l’étudiant de ses compétences pour mener à bien son projet, valider des idées ou des envies, confronter l’imaginaire au réel, et se pencher sur les différentes étapes qu’il devrait négocier et réfléchir pour bien choisir ses différentes spécialisations éventuelles.

Il est toujours intéressant une fois le métier identifié de définir une ligne directrice de construction de cohérence dans ses expériences et dans son parcours étudiant pour venir compléter son parcours et ainsi renforcer ses qualifications.

Bien entendu, le questionnement, une remise en question régulière et votre réflexion interséance conduisent à nourrir le coaching avec de nouveaux éléments qui viennent s’intégrer et éventuellement modifier l’axe de travail.

Le coaching peut être finalisé par une ou deux séances afin d’assurer la continuité du travail de validation engagé.

Enfin, le processus visera à développer l’autonomie vis-à-vis de la réflexion sur son orientation, mais aussi vis-à-vis du coach.

Il arrive parfois que lorsque l’on n’approfondit pas suffisamment les recherches sur un métier et sa formation (durant le coaching ou après) on se rende compte après coup que cela ne correspond pas (ou plus) totalement à ses priorités. Ou alors, on est tellement emballé et euphorique d’avoir « trouvé » son métier sur l’instant que l’on est pas suffisamment lucide sur les autres éléments de ce métier à prendre en compte ou sur ses propres priorités. Parfois, cela peut également être la réflexion ou les priorités qui changent en quelques semaines. Le coach se doit de veiller à ce que le client aille au fond des choses, mais parfois, ce n’est pas forcément le cas et l’on n’est également jamais à l’abri d’un nouvel élément qui vient tout changer.

Bien que les envies ou les priorités évoluent, l’étudiant est autonome et peut reprendre par lui-même la réflexion en toute autonomie, lui permettant d’atteindre l’objectif.

Vous devriez avoir maintenant une idée un peu plus précise du contenu potentiel d’un coaching et de ce qui peut être travaillé.

Cependant, je me répète, c’est la problématique spécifique de chaque étudiant et ses différents choix et décisions durant le coaching qui orienteront inévitablement le travail. C’est en faisant des choix que l’on avance. Le coach questionne, remet en question, peut apporter des éléments de réflexion supplémentaires en toute neutralité, mais se doit de ne pas influencer l’étudiant dans ses choix et décisions.

Pour mieux comprendre le travail du coach et les principes qui encadrent l’exercice de sa profession, il est très important de bien prendre le temps de lire et de comprendre son code de déontologie.

Le déroulement tel qu’il est présenté dépend du coach, ne le considérez pas comme universel

Un coaching est un processus, c’est au fur et à mesure que l’on avance !
Lorsque vous décidez d’entreprendre un coaching, représentez-vous une démarche globale.

Contrairement à certains sites proposant des prestations de coaching similaires, je ne propose pas de méthode systématique, de tests d’orientation préalable quels qu’ils soient ou d’outils spécifiques supposés vous donner confiance, proposer une grille de lecture et conduire à des résultats types. Je crois sincèrement que l’application trop automatique de telles méthodes n’est pas un gage de réussite et de développement individuel et peut facilement conduire à passer à côté d’un point essentiel pour l’étudiant.

De plus, même si nous pouvons cataloguer les problèmes, les voies pour y remédier sont généralement très différentes d’un individu à l’autre.

Pour reprendre un aspect important abordé en page d’accueil du site, décortiquez bien les offres de coaching qui vous sont faites un peu partout, et surtout le profil du coach, qu’il s’agisse de coaching, d’un conseil d’orientation ou d’une autre appellation, qu’elle soit normalisée ou pas.

Choisir un coach scolaire issu de l’entreprise sans expérience professionnelle dans le monde étudiant,  sans formation ou diplôme en psychologie, science de l’éducation, formation, enseignement ou en relation d’aide est-il judicieux ?

Certains blocages ou problèmes personnels peuvent parfois freiner ou limiter l’efficacité du processus de coaching, et il est indispensable que le coach ait le bagage pour les identifier et ajuster l’accompagnement.

De plus, il peut être discutable de vouloir travailler sur le concept de performance et de motivation trop tôt, souvent avec des outils ou méthodes importés d’autres techniques ou théories ou tout simplement issus de l’expérience acquise en entreprise de ces coachs. La réussite scolaire est importante, mais il faut être vigilant sur les moyens mis en œuvre pour la favoriser ou la générer. Je pense que pour bien orienter et motiver, il faut favoriser une prise de conscience des enjeux futurs, il faut que l’envie et l’enthousiasme naissent grâce a une profonde réflexion personnelle qui fera que l’élève ou l’étudiant travaillera en s’épanouissant et en accomplissant l’objectif qu’il s’est lui-même fixé ! Et il n’en sera que plus motivé et donc performant…

Derniers articles du Blog

  • Fact checking, pensée critique et orientation

    Information
    Publié le 27 mars 2022 par Philippe Vivier dans Réflexions sur l'Influence / manipulation

    Le fact checking, terme très à la mode, est un des outils à la disposition de la pensée critique, il permet, notamment, de vérifier rapidement la face cachée d’une situation ou la véracité d’un propos. C’est devenu indispensable aujourd’hui quel que soit le sujet.

    Cet article est en grande partie composé d’un extrait de la première partie de mon ouvrage ou comme si l’on n’était pas suffisamment sous l’emprise de nos biais, je déconstruis un certain nombre de croyances qui influencent nos choix : « Surmonter l’influence et changer - Le programme de changement de carrière pour les salariés ». Cela vous permettra de constater à quel point le fact checking, encore plus qu’ailleurs, est primordial en changement de carrière.

    Je vais me contenter d’aborder ce sujet sous forme d’exemple, concrets et réels. Comme toujours, l’amalgame ou la simple connerie est un outil formidable de désinformation et le temps nécessaire pour les corriger joue en faveur de leurs auteurs qui peuvent dire à peu près n’importe quoi dès lors qu’ils ne s’inscrivent pas dans une démarche scientifique et ou leur travail ne sera jamais relu par un comité d’expert du même champ, et que la plupart des gens ne vérifieront pas. C’est aussi un effet du biais d’autorité.

    Le biais d’authorité est une tendance à surévaluer la valeur de l'opinion d'une personne en raison de son statut, son éloquence, le type de son argumentaire, son ton ou de son image par rapport à nous. Beaucoup d’éléments extérieurs peuvent

    ...
  • Comment faire un choix plus rationnel ?

    Information
    Publié le 07 mars 2022 par Philippe Vivier dans L'orientation scolaire et professionnelle

    Nous l’avons abordé dans l’article « Peut-on contrôler ses choix ? » que je vous invite à lire avant, un choix est un mélange indéfini d’émotion et de raisonnement qui est totalement dépendant du contexte et du type de choix à effectuer. Pour simplifier, un choix est principalement issu des émotions et de processus que nous ne contrôlons pas, associé à votre réflexion plus ou moins importante, inconsciente et consciente.

    Nous faisons de nombreux choix inconscients toute la journée. Vous en faites également qui font intervenir des raisonnements conscients, que ce soit pour un choix que vous devez faire sur l’instant, ou un choix que vous avez à faire plus tard.

    Pour rationaliser un choix, il faut mettre en œuvre une réflexion volontaire. Il est important d’avoir en amont une idée la plus précise possible de ce que l’on veut vraiment et d’être le plus objectif et rigoureux possible dans la nature et l’élaboration des arguments mais également dans l’évaluation des conséquences, et finalement les accepter.

    Vous êtes invariablement dans la recherche du compromis le plus acceptable.

    Faire un choix, c’est avant tout choisir une conséquence.

    Nous pouvons dissocier certains contextes :

    • Faire un choix seul, qui n’engage que nous, y compris dans ses conséquences comme choisir une boule fraise ou vanille dans son cornet de glace.
    • Faire un choix seul, mais qui a des conséquences sur les autres, tel un choix d’orientation.
    • Faire un choix à deux, où il s’agit d’une recherche de compromis
    ...
  • Peut-on contrôler ses choix ?

    Information
    Publié le 07 mars 2022 par Philippe Vivier dans Réflexions sur l'Influence / manipulation

    J’ai choisi de faire cet article, car cela fait longtemps que je me rends compte que beaucoup de clients font des choix provisoires ou définitifs qu’ils ont parfois du mal à expliquer et on se retrouve donc souvent à devoir déconstruire des éléments qui ont été basés sur des perceptions, des croyances, l'influence, etc., faisant apparaître un manque de réflexion. Nous allons le voir, il y a beaucoup d’explications à ce phénomène. L’éducation est la première d’entre elles, penser, analyser et réfléchir s’apprend, et d’autre part, le cerveau a naturellement tendance à faire des choix instinctifs.

    Je vous arrête tout de suite, notre relation à la vie n’étant pas que commerciale, fort heureusement, je ne traiterais pas de cette question sous l’angle du marketing ou uniquement de l’influence, car l’acte d’achat est un processus particulier dont il n’est absolument pas question ici et qu'un choix faisant intervenir les émotions ils sont inévitablement influencés. Je prends le parti d’aborder la question du choix dans sa globalité et sans cloisonner l’approche à la manière de l’économie, de la psychologie ou de la philosophie ce qui serait bien trop réducteur pour un phénomène si complexe pour lequel avoir des preuves indiscutables semble impossible. Il est pour moi totalement absurde quelle que soit l’approche, de vouloir normer, catégoriser ou prédire un choix en fonction de paramètres prédéfinis ou d’échelle de valeur a priori consensuelle, chaque individu ayant sa propre

    ...
  • Les indicateurs qu'un EIP (EHP / HPI) n'est pas pris en charge par l'école

    Information
    Publié le 28 décembre 2021 par Philippe Vivier dans Enseignement, éducation et scolarité

    Voici à l’attention des parents une liste non exhaustive de quelques indicateurs majeurs qui peuvent leur permettre d’identifier que l’école ne gère pas comme elle le devrait leur enfant EIP et n’adapte pas ses méthodes et son encadrement. Ceci, alors même que l’éducation nationale déclare tout mettre en œuvre pour les accompagner à la mesure de leurs besoins et des recommandations des spécialistes.

    Bien sûr, rien ne dispense d’avoir une bonne connaissance des spécificités de votre enfant EIP, particulières ou partagées. Je vous encourage donc à vous documenter et vous former sur la question, car c’est probablement la meilleure manière pour accompagner votre enfant sereinement et intelligemment jusqu’à sa vie d’adulte.

    Il ne s’agit pas ici de définir combien d’indicateurs il est nécessaire de prendre en compte pour être sûr de la situation et déterminer si les besoins de votre enfant sont connus, pris en compte et pourvus.

    Il convient d’user de votre bon sens, car tout n’est pas forcément nécessaire et ce n’est pas parce que vous identifiez quelques éléments dans cette liste que votre enfant n’est pas accompagné comme il se doit.

    Comme vous le verrez au niveau de certains indicateurs, il est à la fois nécessaire de bien connaître les spécificités de votre enfant, mais surtout son niveau réel de connaissance notamment dans les différentes matières, ce qui passe invariablement par un travail personnel, le week-end durant les vacances, via des cahiers de révisions (ceux du

    ...